JE SUIS CHARLIE ? Partie I

JE SUIS CHARLIE ? Partie I

« Sois le changement que tu veux voir dans ce monde » Gandhi

 

 

Le regard triste et inquiet, je me réveille ce matin, la marque de ma montre imprimée sur la joue…
Fichtre, quel réveillon !

10 jours que je dors… que je n’ai pas mis une espadrille dehors…
– C’est un cauchemar, me dis-je. J’ai dû rater quelque chose…

Les TV ressassent en boucle la même info.
Je découvre avec stupeur, l’horreur des événements qui ont frappé notre pays… Certains de ceux que j’aimais ont été fauchés par la bêtise et l’ignorance des djihadistes, Cabu, Wolinski, Honoré, de vieux enfants qui n’avaient pas pris une ride… , Charb qui n’a pas eu le temps d’en prendre une.
Des millions de CHARLIE défilent en silence dans les rues à Paris, en France, dans tous les pays – ou presque – .
Je n’en crois pas mes yeux. Sidéré, choqué, triste, je reste debout hagard, pétrifié par le malheur, des larmes de douleurs brûlent mes joues.
Je visionne les mêmes images au fil des flashs infos inlassablement répétés…
Abasourdi, dépité, je m’interroge.
D’autres devraient-ils en faire autant ? pensais- je. Les politiques, hommes et femmes de tous bords, se sont mobilisés, ils resserrent les rangs, sauf une, évidemment. Telle une hyène qui guette la moindre occasion de récupérer sa proie.

Une marée d’espoir envahit le cœur des villes, submerge et embrasse les CRS, les chefs d’Etat et de gouvernement de quarante-quatre pays défilent sur la même ligne anti-terroristes pendant qu’un autre s’y faufile habilement, souffrant de ne plus en être un. Le peuple scande le même prénom pour un non à la barbarie…

Pourtant, en 2011, personne, pour ainsi dire, n’avait tendu la main à CHARLIE, détruit, incendié pour avoir simplement osé publier un dessin de Mahomet. Certains avaient même poussé l’impudence jusqu’à laisser entendre que CHARLIE l’avait sans doute un peu cherché.

Quand il n’y a pas de mort, ça ne compte pas ? me demandais-je.

 

Mais alors, où étaient-ils, ces innombrables Charlie, hier encore, quand les talibans assassinaient des centaines d’enfants ?
Où étaient-ils quand des centaines de lycéennes nigérianes étaient enlevées ?

Où sont-ils, quand une femme meurt tous les deux jours en France, sous les coups de son conjoint ?
Où sont-ils quand des millions d’enfants sont maltraités, violés, torturés tous les jours dans le monde ?

Les hommes ignorent-ils le mal Lorsqu’il est loin de leurs cieux ?
Les hommes implorent-ils leur Dieu Seulement quand ils ont peur du mal ?

Les fondements sur lesquels les puissants ont érigé leurs états dans l’état ont engendré une société d’hyper individualistes, de plus en plus nombrilistes, égoïstes et matérialistes. Il suffit de voir certains murs FB lorsqu’ils changent la photo de leur couv. Et, pour mieux diviser et gouverner, le « chacun pour soi » est devenu le précepte premier de nos sociétés.

Si seulement ce fabuleux hommage pouvait avoir un sens, et ne pas sombrer dans l’oubli en demeurant sans lendemain, me dis-je. Alors il pourrait devenir un véritable mouvement citoyen pour ramener l’AMOUR au cœur de l’humanité.

Si la conscience des peuples, dans ces innombrables instants de recueillements, pouvait les éclairer et leur faire comprendre qu’en s’unissant comme aujourd’hui, ils pourraient reprendre le pouvoir sur leurs vies, alors ils pourraient peut-être aussi changer la face du monde pour le rendre simplement plus juste et plus beau…

Mais demain… ? pensais-je.
Qu’adviendra-t-il de tous ces millions de CHARLIE ?
Que feront-ils concrètement pour changer ne serait-ce que leur regard sur l’Autre ? S’aimeront-ils enfin, réellement, au-delà de leurs différences, de leurs religions, de leurs conditions ?

« Liberté, Egalité, Fraternité », trois mots qui n’ont de sens que s’ils sont conjugués… tous les jours !

Léo Maltès
Copyright – 14 Janvier 2015

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*