Eté à Cadaquès – Le couple dans l’art

Titre : Autoportrait – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 146 x 114

     Créateur et auteur, designer et sculpteur, Léo Maltès investit les terres du triangle Dalinien où il aime se recueillir et marcher : les terres ibériques où Salvador Dali a planté ses racines pour en faire jaillir tout son art. Qu’il s’agisse de S. Dali, de P. Picasso, H. Matisse, quelle place occupaient, auprès d’eux, leurs muses ou leurs compagnes ? … Le questionnement de l’artiste nous guide au cœur de l’été, là où tout à coup sur la toile l’invisible devient visible.

 

Le couple dans l’art… 

     Il s’agit d’un travail de peinture et d’écriture, une création sur la relation entre deux êtres qui se rencontrent sur le second versant de leur existence, dans les petites baies de Cadaquès : une réflexion sur l’importance du couple dans l’art, sur les échanges entre artistes et sur leurs inspirations.

     Touché par la grâce et la plénitude que certains couples atteignent parfois dans leur complicité, Léo Maltès nous offre cette occasion unique d’approcher au plus près de leurs échanges ces êtres d’exception que sont les artistes – « nus », assis sur une plage déserte où il a pour habitude de marcher avec sa compagne – sur les traces de S. Dali, P. Picasso, H. Matisse, P. Eluard…

     Qu’il s’agisse de Salvador Dali et Gala, Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely, Pablo Picasso et Dora Maar, Auguste Rodin et Camille Claudel, Yves Saint Laurent et Pierre Berger… l’artiste qui s’élève ne le doit souvent qu’à la figure tutélaire de son alter ego, sa muse, sa compagne, son compagnon. Que seraient devenus ces artistes célèbres sans les couples qu’ils formaient ? moteurs essentiels d’une dynamique tantôt créatrice, tantôt dévastatrice, mais qui, dans tous les cas, assurément, propulse les artistes au-delà de leurs propres limites et leur permet de faire vibrer leur instrument sur des fréquences pour eux seuls, inaccessibles.

 

« J’astiquais Gala pour la faire briller, la rendant la plus heureuse possible, la soignant mieux encore que moi-même, car sans elle tout était fini. » S. Dali

 

Les Amants Bleus

Titre : Les Amants Bleus – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 146 x 97

     Trouver la muse ou la compagne, la compagne et la muse en la même personne, s’apparente parfois à la quête d’un lierre en mal d’un mur utopique ou d’un édifice à gravir, d’un territoire où s’étendre et s’épanouir à jamais.

 

Titre : Ines et Juan – La Plage – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 146 x 97

 

Variation sur le même thème

     L.M. aime la mer, et sa peinture nous dit son amour de cette présence maritime, rendue dense et lumineuse par une technique qui lui est propre. L’artiste a un rapport sensuel à sa création : pinceau, couteau, brosse et doigts, le peintre se fait sculpteur. Sa peinture généreuse ne manque pas de matière, elle s’épanouit dans des aplats et des empâtements, dans des rajouts et d’infimes touches. Horizon et étendue marine se confondent en une touche picturale puissante. Ciel ou mer ? Cumulus ou écume ? Qu’importe, ils sont autant d’éléments pour envelopper les amants qui à leur tour pourraient se fondre dans ces noces d’eau et de feu. Si l’artiste ne délaisse pas le figuratif, c’est parce que son sujet est trop présent pour, justement, en faire abstraction.

 

Titre : Diptyque – Ines et Juan – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 146 x 114

     Ce couple, nous ne voyons que lui

     Cet homme et cette femme, nous ne voyons qu’eux

   Là encore, l’artiste s’amuse, et avec nous s’émeut, lorsqu’il ne représente plus la figure duelle. Le peintre se fait alors conteur mais nous incite à tisser nous-mêmes un récit sur la trame de ses tableaux. Il émane de ses amants un savant mélange d’ardeur et de douceur. Le peintre ne se contente pas de les offrir à notre regard, il nous les livre à notre imaginaire. Et c’est sans doute là que réside la force suggestive de toutes ces toiles : réunies ou isolées, elles racontent une histoire. L.M. peint la beauté des corps et le mystère des âmes, âme qu’il appartient à chacun d’entre nous d’incarner librement dans une temporalité souple, celle-là même qui s’étire dans cette subtile variation.

S. B.

Titre : Diptyque – Les Amants Bleus – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 20 x 20 et 100 x 100

 

Titre : S Les Collines Flamboyantes – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 146 x 114

 

Titre : Liseuse de Dos – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 20 x 20

 

 

Titre : Liseuse – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 20 x 20 et 100 x 100

 

Titre : Livre – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 20 x 20

 

Titre : Triptyque – Collines de Borro – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 20 x 20

 

Titre : Port de Cadaquès – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 20 x 20 et 100 x 100

 

Titre : Les Amants Bleus de Dos – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 20 x 20 et 100 x 100

 

Titre : Liseuse Allongée I – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 20 x 20 et 100 x 100

 

Titre : Diptyque – Liseuse Allongée II – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 20 x 20 et 100 x 100

 

Titre : Diptyque – S Allongée – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 20 x 20 et 100 x 100

 

Titre : Maison de S. Dali – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 100 x 100

 

Titre : – S en paréo – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 20 x 20 et 100 x 100

 

Titre : Liseuse de face – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 20 x 20 et 100 x 100

 

Titre : Diptyque – Serena et Salvador – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 20 x 20 et 100 x 100

 

Titre : Triptyque – Platja del Borro – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 20 x 20 et 100 x 100

 

Titre : Diptyque – S et les Collines de Borro – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 20 x 20 et 100 x 100

 

Titre : Autoportrait – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 20 x 20 et 100 x 100

 

Titre : Autoportrait – Eté à Cadaquès – Léo Maltès – 146 x 114